Les Canadiens devraient avoir le choix en matière de réparation automobile

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles sur le droit à la réparation au Canada.


By submitting this form, you are consenting to receive marketing emails from: Automotive Industries Association of Canada, 180 Elgin Street, Suite 1400, Ottawa, ON, K2P2K3, https://www.aiacanada.com. You can revoke your consent to receive emails at any time by using the SafeUnsubscribe® link, found at the bottom of every email. Emails are serviced by Constant Contact

Le problème

Les véhicules modernes, connectés à Internet, collectent des milliers de données sur l’état des systèmes du véhicule. Sans accès à ces données, les ateliers de réparation indépendants ne peuvent pas réparer le véhicule. Ce modèle de gestion des données prive les consommateurs du droit de faire réparer leur véhicule dans l’atelier de leur choix.

La réparation des véhicules modernes nécessite l’accès aux données de diagnostic du véhicule. Or, les constructeurs automobiles contrôlent les données de diagnostic. Les nouveaux véhicules transmettent sans fil les données de diagnostic aux constructeurs automobiles, ce qui leur permet de contrôler l’accès à ces données, notamment en déterminant quels ateliers de réparation peuvent les obtenir et à quelles conditions.

Les Canadiens ont de moins en moins le choix en matière de réparation automobile. Comme les constructeurs automobiles refusent de partager les données de diagnostic, les propriétaires n’ont qu’une seule possibilité : faire réparer leur véhicule chez le concessionnaire.

Les Canadiens sont préoccupés

Les consommateurs canadiens considèrent qu’ils devraient avoir le droit de réparer leur véhicule (Abacus Data, 2021).

0%

sont d’accord ou tout à fait d’accord pour dire qu’ils devraient avoir la possibilité de faire réparer leur véhicule dans l’atelier de réparation de leur choix.

Partagez cette statistique
0%

sont d’accord ou tout à fait d’accord pour dire que les constructeurs automobiles devraient être tenus par la loi de partager les données avec les ateliers de réparation indépendants afin qu’ils puissent réparer leurs véhicules.

Partagez cette statistique
0%

seraient moins susceptibles d’acheter, ou n’achèteraient pas un véhicule s’il pouvait être réparé uniquement chez un concessionnaire.

Partagez cette statistique

Pour les consommateurs canadiens, le recours accru aux données de diagnostic sans fil rend difficile l’entretien de leur nouveau véhicule dans l’atelier de réparation de leur choix.

La solution

La Norme canadienne visant les renseignements sur l’entretien (CASIS) — une entente volontaire entre les constructeurs automobiles et le marché secondaire — fonctionnait bien pour les véhicules traditionnels. Cependant, pour que le marché secondaire de l’automobile soit vraiment ouvert, équitable, concurrentiel, et continue d’exister, les consommateurs doivent être protégés par une loi qui est adaptée à la nouvelle réalité des véhicules au Canada, et qui donne au marché secondaire un accès direct, à distance et en temps réel aux données de diagnostic.

En adoptant une loi qui préserve le droit à la réparation, on pourra :

Avec l’évolution rapide de la technologie des nouveaux véhicules, il est urgent de préserver le choix des consommateurs et de garantir des réparations abordables. Les consommateurs ont le droit de faire réparer leur véhicule dans l’atelier de leur choix.

Dernières nouvelles

Impliquez-vous

Contactez-nous

Pour plus d’information ou pour discuter d’autres possibilités de participation, veuillez contacter Alana Baker, directrice principale des relations gouvernementales de l’AIA Canada.

Points clés de discussion

Ces points de discussion sont donnés à titre indicatif. Vous pouvez choisir ceux qui vous conviennent le mieux.

Écrivez à votre député

Utilisez notre courriel prérédigé comme modèle pour demander une rencontre avec votre député ou députée. Trouvez votre député ou députée.

Rencontrez votre député ou députée

Utilisez notre courriel prérédigé comme modèle pour demander une rencontre avec votre député ou députée.